Ségou'Art

Festival sur le Niger 2020

Thème : « Identités et Migrations »

4|5|6|7|8|9 Février 2020

Exposition des Jeunes du Mali

- partager

Les jeunes artistes émergents du Mali sélectionnés pour exposer dans le Pavillon Mali pour cette deuxième édition de Ségou’ Art sont les suivants :

AMADOU OPA BATHILY (Mali)
 
Amadou Opa Bathily est sortant de l’Institut National des Arts puis du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia (CAMM), d’où il est sorti comme technicien supérieur des arts. Il a participé à plusieurs expositions collectives, des ateliers et des formations au Mali et en Tunisie. Il fit ses premiers pas dans la création en fabriquant des petits personnages, des animaux et autres en quantité avec des boites conserves. C’est en s’initiant à la peinture, au dessin, à l’installation et à d’autres formes de sculpture dans les écoles d’Arts qu’il a eu une nouvelle vision par rapport à cette méthode qui est la « récup-art ». Opa fait partie de la deuxième promotion du programme de développement qualitatif de l’art, Kôrè-Qualité du Centre Culturel Kôrè de Ségou. Il a participé à l’exposition du Pavillon Mali de l’édition 2016 de Ségou’ Art.

MARIAM I. MAIGA (Mali)

 
Mariam est née à GAO. Elle a commencé à dessiner depuis l’âge de 8 ans. Aujourd’hui, elle est titulaire d’un DESS en Arts Plastiques du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasseké KOUYATE de Bamako depuis JUIN 2012. Ensuite, elle crée le collectif d’artistes « TIM’ ARTS ». Elle a organisé le 11 mai 2014 les expositions individuelles : « One Love », en hommage à Bob Marley et « Empreinte » qui traite de l’unicité. Elle a participé à une exposition internationale collective des femmes plasticiennes au Maroc en 2015. En 2016, elle expose au Pavillon Mali dans le cadre de Ségou’ Art. Elle a été décorée comme Femme Exceptionnelle de la Culture Malienne (Sadio de la Culture) en 2017, par Osmose Events en partenariat avec le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. Mariam a représenté le Mali à l’édition 2017 des Jeux de la Francophonie en Côte d’ivoire. Aujourd’hui, elle est promotrice d’un espace culturel pour la promotion des arts contemporains, dénommé « SIIF’ARTS ».
 
NOUMOUKÉ CAMARA (Mali)
 
Noumouké Camara est diplômé de l’Institut National des Arts de Bamako (I.N.A). Ses œuvres sont de l’abstraction et de la figuration, teintées d’un style qu’il nomme « Néo-graphisme ». Il a effectué plusieurs expositions individuelles et collectives en Afrique et en Europe.

 

ELIE THERA (Mali)
 

Elie Théra a d’abord étudié à l’Institut National des Arts (INA) de Bamako, avant de poursuivre son cursus au Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Faséké Kouyaté (CAMM-BFK) de Bamako. Après ses années d’études, il vit et travaille à Ségou dans le cadre du programme Kôrè-Qualité du Centre Culturel Kôrè. Dans son travail, il part d’un centre de gravité quasi obsessionnel qui fait tourner et danser l’ensemble de ses toiles et productions. C’est dans la dynamique de la culture Bwa, son groupe ethnique. Sa peinture célèbre les valeurs propres à cette culture. Par son geste, mais aussi par les thèmes de sa peintures aussi bien que par sa démarche, Elie reprend la démarche du culte Ôro (système de société secrète des Bwa) où chaque étape implique l’accomplissement global de tout dans un lien fort avec la nature. En fait, ce sont les détails de la nature que l’artiste cherche à recueillir. Il a participé à plusieurs expositions individuelles, collectives et des ateliers au Mali, en Côte d’Ivoire, au Sénégal

IBRAHIMA KONATE (Mali)
 
Né à Mopti, Ibrahima KONATE dit Boudje est un jeune peintre diplômé de l’institut National des Arts de Bamako en 2003 et du Conservatoire Balla Fasseké KOUYATE de Bamako en 2010. Après de nombreux ateliers, expositions collectifs au Sénégal, au Venezuela et au Mali (Galerie Médina, Institut française, Hôtel AzalaÏ de Bamako et au marché nationale des arts plastique où il obtient le prix d’encouragement). Son travail s’inspire du quotidien, l’apparition et disparition, la superposition des couleurs pour sortir une forme. Aujourd’hui, il travaille au sein du collectif d’artistes « Atelier Badialan 1 » à Bamako. Ses derniers travaux portent sur les moyens de transport collectif (Sotrama et Douruni). Ils lui offrent l’opportunité de travailler davantage sur le langage (parole). La parole est sacrée, elle permet les rencontres, les échanges, le dialogue pour un monde meilleur.
 
MOHAMED L. B. TOURE DIT BAKO (Mali)
 
Mohamed Lamine B. Touré alias Bako est diplômé de l’Institut National des Arts et du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasseké Kouyaté (CAMM-BFK). Bako se souvient des tâches de coloriage de l’enfance. Ainsi, il ouvre les yeux sur le monde réel et sa splendeur colorée qui l’entoure. Enfin, il représente dans son œuvre le goût du monde où s’écoule sa vie présente en mille formes colorées, en une floraison de taches architecturées, en des êtres à peine esquissés en d’innombrables équilibres fantaisistes. Il a fait partie de la première promotion du Programme Kôrè-Qualité du Centre Culturel Kôrè. L’une de ses œuvres avait été sélectionnée en 2016 pour être l’affiche officielle du Marché des Arts du Spectacle Africain (MASA). Il a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives au Mali, au Sénégal et en Côte d’Ivoire.

LOSSO MARIE-ANGE DAKOUO (Mali)

 
Ange est titulaire d’un Master en arts plastiques du Conservatoire des Arts de Bamako. Il est installé et travaille à Bamako. Ange est un artiste engagé, qui fait partie du « Collectif Tim’Arts » (collectif d’artistes) à Bamako. Abordant la peinture, la vidéo ainsi que la sculpture, il fait de la toile son principal support de création. Sa démarche est axée sur la « quête », à travers le patrimoine culturel du Mali et surtout sur la société. Penchant son regard actuellement sur la « confrérie des chasseurs » ; cette approche thématique constitue pour lui, un moyen de conservation des valeurs culturelles africaines et de revalorisation de celles-ci. Il participa à différents workshops et expositions à travers le Mali et à l’étranger. En 2015, il fut lauréat de la 9ème édition du concours « Talents de la cité » en catégorie peinture. En 2016, il expose en OFF lors la Biennale de Dakar, dans le Cercle Panafricain des Artistes (PACA).

MOHAMED DIABAGATE (Mali)

 
Mohamed est diplômé de l’Institut National des Art (INA) de Bamako en 2009. Il poursuit ses études au Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté (CAMM-BFK) de Bamako. Après une résidence très réussie dans l’atelier de l’artiste béninois Ludovic FADAIRO, il rejoint le collectif « Atelier Badialan 1 ». Parmi les lauréats de Ségou’ Art en septembre 2016, il se distingue en novembre à la ART X LAGOS. Mohamed cultive un bien étrange protocole, il ne peint pas avec un pinceau mais peint, découpe et colle sur sa toile des bandelettes de Naguinè, la fine et transparente cotonnade malienne. Tout le travail de couleur est réalisé au préalable sur les bandelettes. Il cherche le point d’équilibre de l’énergie de sa toile et c’est en travaillant couche après couche généralement deux ou trois, qu’il obtient la signature d’une toile, l’équilibre recherché entre la matière et la couleur. Ses toiles racontent l’éternelle actualité de l’homme, l’impermanence de ses principes, la permanence de ses doutes : la solitude, la perte, la joie et l’obscure présence des puissances invisibles qui régentent notre monde. Il peint ces questions humaines qui traversent les âges sans prendre une ride dans des peintures-sculptures-collages qui nous font voyager dans sa singulière sensibilité.
 

Articles similaires

Ségou’Art / Festival

MAMOU DAFFE

La Rédaction - 24/04/2019

Ségou’Art / Festival

Mohamed Doumbia

La Rédaction - 24/04/2019

Ségou’Art / Festival

DJIBRIL GUISSE

La Rédaction - 25/04/2019