Ségou'Art

Festival sur le Niger 2020

Thème : « Identités et Migrations »

4|5|6|7|8|9 Février 2020

Ségou’Art 2019 : La popularisation des Arts plastiques en marche

- partager

Rendre populaire la diffusion des œuvres d’arts plastiques, est la prouesse que la Fondation du Festival sur le Niger vient de réussir dans le cadre de la 2ème édition de Ségou’Art/Festival sur le Niger. Ségou’Art 2 a permis aux populations maliennes de se frotter aux professionnels des arts pratiques et à leurs œuvres.

D’habitude très réservés à une catégorie de la population, et n’intéressant le commun des mortels, les ouvres d’arts, à Ségou et dans le cadre de Ségou’Art 2, ont rencontré un public hétéroclite. Et, du coup l’idée de faire de cette édition de Ségou’Art une innovation forte du Festival sur le Niger devra être perçue comme une performance réussie de Mamou Daffé, toute l’équipe de la Fondation sur le Niger et du Centre Culturel Korè de Ségou. Le format de la manifestation n’est-t-il pas adapté au contexte du pays ?

Dans le souci de répondre au besoin crucial de l’avenir de l’art en Afrique, la Fondation du Festival sur le Niger et le Centre culturel Korè de Ségou, sous la conduite clairvoyante du Directeur Mamou Daffé, ont décidé, à travers Ségou’Art, de stimuler la consommation locale des œuvres artistiques des jeunes par des nationaux et les internationaux. Cela devenait une nécessité. Car, il est notoirement connu que les créateurs africains dépendent d’un marché extérieur à leur pays et au continent. « Leurs œuvres trouvent rarement quelques acquéreurs nationaux et quand on ajoute à cela la situation trouble de nos pays, il n’y a aucun doute, une hypothèque plane sur toutes les opportunités qu’offre le système marchand traditionnel », nous a indiqué Mamou Daffé, Directeur artistique de Ségou’Art. Pour le moment, n’ayant pas en terme chiffré les éventuels ventes, l’on peut sans risque de se tromper que Ségou’Art 2 a atteint son objectif principal : Inscrire le nom du Mali, à travers la ville de Ségou, dans la short list des villes dans le monde qui compte en terme de promotion de l’art africain contemporain.

Du 2 au 9 février 2019, les acteurs qui comptent dans le secteur des arts plastiques sur le Continent (Collectionneurs, marchands d’art, galeristes, les artistes seniors qui comptent sur le continent, les jeunes talents émergents du continent) étaient tous là.

En plus de cette mobilisation, Ségou’Art à la faveur de cette 2ème édition est parvenu à se faire une identité : Espace de promotion de talents émergents et espace de popularisation des arts plastiques.

Avec cette 2ème édition réussie, Ségou’Art 2, Salon d’art contemporain du Mali, est désormais une propriété des artistes d’Afrique et d’ailleurs, qui ont été impressionnés par le fait qu’en plus des perspectives que cet espace donne aux jeunes talents émergents du continent, qu’il est le maillon qui manquait à l’envol des arts plastiques sur le continent, à travers sa population.

Il n’ya aucun doute, pour le Mali et pour l’Afrique, du 2 au 9 février 2019, quelque chose d’impressionnant, de merveilleux, est partie de Ségou pour le bonheur des artistes plasticiens du continent. Les artistes africains à partir de Ségou, ont la certitude qu’il est désormais possible de rendre population les arts plastiques. Si ailleurs, seuls quelques initiés, le temps d’une biennale ou d’une foire de l’art, s’échinent dans des élucubrations morbides, à Ségou’Art une démarche pédagogique dans le sens de l’éducation à la consommation de l’art plastique par le commun de la population, est en pleine expérimentation. Et, mieux qu’une expérimentation, l’essai a été un coup de maître. Cette stratégie d’attirer les populations par des arts de la scène pour les emmener à la découverte du travail des artistes plasticienne, sera sûrement dans les années avenir du Made in Mali, à partir du géni créatif de la ville de Ségou.

Le fait d’avoir associé à Ségou’Art 2, toutes les composantes traditionnelles du Festival sur le Niger ( ) a eu pour avantage d’attirer le maximum de personne à venir voir les expositions. Cela est à saluer et devra faire partie intégrante de la stratégie à dupliquer ailleurs, où les populations ont encore un rapport difficile avec la consommation des œuvres d’art.


Assane Koné

En continu

APPORTS DE LA CULTURE : Mamou DAFFE s’exprime sur l’économie locale
COTTON FLOWERS, INSTALLATION LUMIERE IN SITU, 2019
Ségou’Art 2019 : Valérie Oka est formelle : « la carte n’est pas le territoire …
Ségou’Art 2019 : La popularisation des Arts plastiques en marche
Ségou’Art 2019 : Adama Diarrisso interroge le mariage à travers son exposition « Bi Fourou …
Arts Collaboratory à Ségou’Art 2019 : « L’Afrique est l’avenir et cet avenir est au féminin …
Ségou’Art 2019 : La galerie Alain Nadaud explore l’être à travers des merveilles de …
Ségou’art édition #2 : le plaidoyer de Joyce Nath Tsamala, artiste de la RDC
Ségou’Art 2019 : La galerie « Sunjata Créations » émerveilles spécialistes et profanes des …
L’allégorie d’ABDIAS NGATEU : un travail sur l’être et l’espace

Articles similaires

Actualités

COTTON FLOWERS, INSTALLATION LUMIERE IN SITU, 2019

La Rédaction - 1er/03/2019