4 - 5 - 6 - 7 - 8 Fév 2015
Ségou - Mali

Les Componentes du Festival sur le Niger

Les Festival sur le Niger, Ségou, Mali

2015

Les Concerts sur le Fleuve

La programmation musicale est éclectique, riche et variée avec des artistes nationaux et internationaux de renoms qui vous feront vibrer aux rythmes endiablés de leurs mélodies, sur les berges du fleuve Niger :  

 

Oumou Sangaré -  Cheick Tidiane Seck -  Fatoumata Diawara - Amadou & Mariam - Sia Tolno (Guinée) - Bassekou Kouyate - Sia Tolno (Guinée) - Ali Farka Touré Band - Abdoulaye DiabatéNéba Solo meets Mps Pilot (Pays-Bas) -  Super Biton de Ségou et les jeunes talents de la musique Malienne - Amanar de Kidal - Ahmed Fofana -Mariam Koné - Master Soumi - Iba One & Sidiki Diabaté - Gaspi - Mobjack - Penzy - Keur Gui (Y’en a marre - Sénégal)  - Safi Diabaté -   Sahel Blues- JeConte & Boubacar Sidibé- Takamba Super Onze de Gao- Malikanw - Moussa Diallo (Mali / Danemark) - Mylmo - Ben Zabo - Pawari - Orchestre Kôrè

 

CHEICK TIDIANE SECK

Jazz / Afrobeat - MALI

Cheick Tidiane Seck, Festival sur le Niger 2014

Treize ans après le majestueux «Sarala», Cheick Tidiane Seck, le guerrier toucouleur des claviers, est de retour avec «Guerrier».

En douze titres fluides et organiques, Cheick Tidiane Seck impose aisément l’une de ses plus belles réalisations musicales.

Cheick chante, joue de la guitare, du piano et de la calebasse: «Je suis un musicien, qui peut passer d’une simple mélodie folklorique à des harmonies modernes et sophistiquées», expliquet-il.

On a coutume de dire que Cheick Tidiane Seck s’est illustré dans tous les registres, aussi à l’aise sur le terrain mandingue qu’en terre jazz, jouant aux avant-postes de la jungle londonienne ou auprès des pointes de la scène hip-hop parisienne, le voilà de retour, au Festival sur le Niger 2015.

 

 

ABDOULAYE DIABATÉ

Griot / Afro Beat  - MALI

Abdoulaye Diabaté - Festival sur le Niger 2014

Chanteur, danseur, conteur, acteur et surtout griot, Abdoulaye Diabaté est un véritable homme de scène. Il fait ses premières armes en musique très tôt, chante et joue des percussions pour les mariages et les baptêmes. Au fil des ans, il développe sa sensibilité musicale en tournant aux côtés de sa mère dans les villages de la région.

Sa carrière débute réellement en 1975, quand on lui demande de remplacer au pied levé le chanteur du Koulé Star de Koutiala, la ville où il s’est installé. En 1976, il rejoint l’Orchestre Régional de Ségou. Puis, il se fait connaître du grand public en intégrant le Kéné Star de Sikasso.

Abdoulaye Diabaté enregistre quatre albums et reçoit en 1994 le prix du meilleur artiste malien. Depuis des années, il travaille sur le patrimoine musical de son pays. Homme de scène, sa musique prend toute son ampleur en concert.

Avec son groupe qui réunit un balafon, des percussions une batterie et desguitares électriques, sa musique décoiffe et est irrésistiblement dansante.


 Moussa Diallo

DANEMARK / MALI

Moussa Diallo

Moussa Diallo est un bassiste, chanteur et compositeur né en 1955 en France. Sa carrière le mène dans différents endroits et notamment au Danemark. Son approche de l’ instrument lui fait découvrir un grand nombre de groupes et de musiciens dans les années 70 et 80 et c’est à cette occasion qu’il participe à l´aventure de groupes tels Marqui de Sade, Sneakers, Skunk Funk ou encore Savage Rose.

Ces différentes rencontres le propulsent sur les scènes mondiales et font de lui un bassiste connu et reconnu tant sur la scène qu’en studio.

Sa carrière solo se concrétise avec les albums “Diallo” ( 1992) et “Amora” ( 1997), où en plus de se plonger dans ses racines africaines, on retrouve l’ influence de Jimi Hendrix, Prince ou encore de James Brown.

En 1999, Moussa Diallo se consacre à la composition et invite un certain nombre de musiciens de talents du Mali et d’ailleurs pour se joindre à lui sur le “ Kinkéliba Project”, la première partie d’ un CD Trilogie qui s’inspire des rencontres et voyages de Moussa Diallo au Mali.

Un concert haut en couleur, teinté de groove, funk et musique mandingue, avec de belles rencontres et surprises musicales.


 

MYLMO

Rap - MALI

mylmo-n-sahel-rappeur.jpeg

Mylmo débuta le rap auprès de ses grand frères en 2000. Mais surtout attiré par le flot de Ramsès du groupe Tata pound, Mylmo commença à écrire pour lui-même d’abord et ensuite il débute sa carrière en 2007 par un featuring avec son frère Marechal Doudou pour se faire connaître un peu. En 2009, il commence à ébauché son projet d’album avec Maliba  Production qui aboutira le 15 Février 2011 « WILIBALI » ou VERITE qui compte 15 morceaux dont l’un des titres phare est « BANDIOUGOU » mais aussi un featuring avec le rappeur français Canardo  le titre « BKO » comme Bamako, et un remix  de « krav maga » du rappeur français La Fouine. Un album à succès qui figure dans tous les téléphones  ce qui fait de l’artiste l‘un des plus écoutés.

 

 

Keur Gui 

Sénegal

Keur Gui - Sénégal au Festival sur le Niger 2015

 

Ils s’appellent Kilifa et Thiath, et sont membres du groupe Keurgui Crew. Lauréat de la semaine nationale de la jeunesse en 1999 et en 2000. Trois albums «Keene Bougoul» sortie en 2002, «Liye raam»’ en 2004 et nos «Connes-doléances» en octobre 2008 avec la participation de Morgun et qui a été nominé le meilleur de l’année dans le festival hip hop awards organisé au Sénégal par le label Identité multiple.

Pour leur retour tant attendu, les deux compères de Keur Gui ont mis les petits plats dans les grands: production léchée, enregistrement à Washington DC et une Encyclopédie en deux tomes riche de 26 titres. Opinion public, plus métissé musicalement, emprunte aux instruments traditionnels (calebasse, kora, xalam...) et propose quelques titres au flow mélodieux, comme le single «Diogoufi», soutenu par des accords de piano et de cordes.

.

 

 

MASTER SUOMI

Rap - MALI

Master soumy (1).jpg

 

C’est en 1996 alors qu’il est en classe de 7ème  année que Ismaëla Doucouré fonde avec certains de ses amis le groupe MEGA BEST. Ce fut le debut de la carriere de ce jeune qui va devenir MASTER SOUMY un des leaders du mouvement hip hop malien, un concept Galedou System des textes percutants et engagés défendant la cause des plus démunis.  En atteste ses distinctions glanes après la sortie de son premier album en 2007 Tounkaranke, hip-hop award fu meilleur parolier en 2008, Tamani d’Or du meilleur artiste en 2009. Sa marque de fabrique «Un mix de tempo rap, d’instruments traditionnels, et guitare acoustique» en 2009 il sort son 2ème album Soonsoribougou (bidon ville) qui sonne comme une confirmation pour cet artiste éclectique qui mélange la musique live aux programmations raps habituelles.

 

 

IBA ONE & SIDIKI DIABATÉ

Rap - MALI

Iba One & Sidiki Diabaté

 

Originaire du Mali, le célèbre duo constitué du rappeur Iba One et du beatmaker et joueur de koraSidiki Diabaté propose un rap mandingue teinté d’électro, de R&B ou de soul. Le duo remplit sans effort les 20.000 places du stade Modibo Keïta de Bamako tandis que leurs clips passent en boucle sur les chaînes de télé- vision locales.

 

 

MOBJACK

Rap - MALI

Mobjack au Festival sur le Niger 2015

 

Yacouba Salia Diarra a.k.a MobJack est un musicien, rappeur et producteur de musique de Kati. Mobjack a connu, une enfance ordinaire avec des situations plus ou moins difficiles qui ont forgé ses traits de caractère (La compassion, la combativité, l’esprit créatif). L’école lui procura le support intellectuel qui inspirera, ses créativité. Tonton Mobjack est de retour, après une brimade qui l’avait conduit au bagne.

L’artiste évoque actuellement une prise de conscience , une sorte de mea culpa, une invitation à plus de retenue et d’humanisme.

 
 

 

PENZY

Rap - MALI

Penzy Mali Rap - Scène Hip hop

Mylmo débuta le rap auprès de ses grand frères en 2000. Mais surtout attiré par le flot de Ramsès du groupe Tata pound, Mylmo commença à écrire pour lui-même d’abord et ensuite il débute sa carrière en 2007 par un featuring avec son frère Marechal Doudou pour se faire connaître un peu. En 2009, il commence à ébauché son projet d’album avec Maliba  Production qui aboutira le 15 Février 2011 « WILIBALI » ou VERITE qui compte 15 morceaux dont l’un des titres phare est « BANDIOUGOU » mais aussi un featuring avec le rappeur français Canardo  le titre « BKO » comme Bamako, et un remix  de « krav maga » du rappeur français La Fouine. Un album à succès qui figure dans tous les téléphones  ce qui fait de l’artiste l‘un des plus écoutés.

 

 

BEN ZABO

AfroBeat / Funk / Reggae / Blues / Rock / Jazz - MALI

Ben Zabo, Festival sur le Niger 2014

Guitariste et chanteur malien d’Afrobeat, Ben Zabo, de son vrai nom Arouna Moussa Coulibaly, voit la musique comme le vecteur d’un message d’amour, de paix et de cohésion entre les peuples.

Alors que son foyer l’imagine déjà pharmacien, lui préfère rêver de scènes et de mélodies.

Malgré les nombreux reproches de ses proches, Ben franchit le pas. Une rencontre divine lui fait prendre les chemins des studios et sortir un premier opus.

De ce pressage s’extrait une musique chargée en rythmes africains pulpeux, décantée par les tonalités de l’afrobeat, du funk, du rock et du jazz. Un disque organique, présenté comme un message d’amour, de paix et de cohésion entre les peuples.

 

NÉBA SOLO

MALI

Neba Solo, Festival sur le Niger 2014

Philippe  Conrath,  le  directeur  du  festival  Africolor, entend parler  du  groupe  et  décide  de  le joindre à la programmation d’une de ses « nuits mandingues » en 1998. Puis il enregistre sur  son label Cobalt, un premier disque « kénédegou folly ». Vient  ensuite le  temps des festivals européens et de la rencontre avec le DJ Frederic Galliano, à la recherche de nouvelles sonorités africaines.  Ses  morceaux sont remixés  par  celui-ci,  bien  sûr  mais  aussi  par Jeff Sharel.  Le  tout sort  en 2000 sur le maxi « frikyiwa 00 ».

En 2001, Neba Solo et ses frères  crée  Falak  avec  le trio familial Chemirani, une  rencontre  inédite  entre  rythmes  africains  et iraniens.  Mais  le jeune homme ne délaisse  pas  pour  autant  son  pays  et  quand  les  affaires  deviennent  sérieuses  celui  qui a contribué à faire du balafon,  l’instrument traditionnel le plus populaire actuellement au Mali, s’investit. C’est ainsi qu’en 2002, il dédie l’une des chansons de son album à  la Coupe d’Afrique des Nations, parce que «c’est une affaire nationale».  Néba Solo a aussi composé une chanson dédiée au  Festival sur  le Niger qu’il  a fait découvrir au  public lors de notre première  édition en 2005.


 

MPS PILOT

Mps Pilot avec Neba Solo au Festival sur le Niger

mps PILOT est l’un des producteurs et djs du musique Worldbeat les plus renommés aux Pays Bas. Il cultive le mélange des genres et invite à la découverte de la culture pop et du clubbing dans sa grande diversité, d’un continent à l’autre. Voyageur invétéré, il profite de ses séjours pour collecter les sons les plus divers afin d’agrémenter ses sets endiablés. Ses performances dans le monde entier l’emmènent des grands et festivals en métropole que  dans les zones désertiques en Afrique de l’Ouest, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe. Avec Super Onze, les maitres Takamba de Gao, Il a cree le projet Future Takamba. 

Spécialement pour le Festival Au Nigeravec Neba Solo 
mps PILOT a créé un projet live.

 

 

SUPER BITON DE SÉGOU

Afro Beat - MALI

Super Biton de Segou

PHOTO : RFI MUSIC

Le Super Biton est l’un des  grands orchestres du Mali  des  années 70. Ce groupe est né de la fusion de deux autres ‘‘SégouJazz’’et « la renaissance de  Ségou ».  Il  se  nourrit essentiellement de la tradition bamanan sous ses rythmes du bonjalan et du bara.  Le  Super  Biton  a  été  consacré cinq fois d’affilée meilleur orchestre à la Biennale artistique et culturelle du Mali.

Reconnu internationalement, le Super Biton ne cesse de nous  étonner  depuis  plus  de trente ans.  Fortement ancré dans le patrimoine culturel bambara  qui  a inspiré ses créations les plus épiques, le groupe, dans un  rythme  langoureux  inspiré  que par les vagues du fleuve Niger au niveau de Ségou, continue de se hisser au sommet la musique malienne. 

 

MARIAM KONE

Mandingue / Soninke / Peul -
MALI

Mariam Koné, Festival sur le Niger 2014

 

Un mélange de rythmes Manding, Peul et Soninké.  

Lauréate du Concours National 'LES TALENTS DE LA CITÉ 2013'

Finaliste du Prix Découvertes RFI 2013

 

Mariam Koné est une des stars montantes de la musique Malienne. Belle voix et des lignes de guitare flottantes, avec des paroles poignantes. Mariam a attire l’attention  d’un public de plus en plus grandissant en dehors de son pays natal au cours des ces années dernières, et a joué lors de l’édition 2014 du Festival sur le Niger à Ségou. "
De: SPOT on MALI MUSIC

Mariam Koné est une chanteuse, auteure, compositrice et interprète née à Kati, ville située à 15 km de Bamako, Mali.

Entre la musique contemporaine et traditionnelle, Mariam Koné dispose d’un grand potentiel pour devenir l’une des prochaines grandes voix du Mali. Son univers inspiré par le mandingue, le R’n’B et la black music a trouvé ses marques dans le milieu du Hip hop où elle a multiplié les collaborations aux côtés de «Pacifique de Kati», «Bamakool Jazz» , un groupe influencé par le funk, le jazz et l’afrobeat.

Mariam Koné définit mieux dans sa création musicale, la philosophie des sages, la morale de son esprit, la générosité de son âme, la devinette qui torture l’esprit afin de mieux nourrir le proverbe, assis sous l’ombre du grand arbre qui rappelle au temps que tout ici passe

comme le temps lui - même.

Son premier album «Dakan»(Destin) 2013, lui a valu d’être parmi les 12 Finalistes du prix découvertes RFI – France 24 2013.


 

SAHEL BLUES

BLUES DU SAHEL - MALI

Sahel Blues, Festival sur le Niger, Segou, Mali

Trois virtuoses, Mama Sissoko (Guitare), Assaba Dramé (n’goni), et Broda Diabaté (kora) , sont en train de raviver les sonorités  et faire  découvrir la diversité musicale de tout un peuple. Divers rythmes s’unissent pour donner une sonorité unique en son genre qui fait voyager dans la poésie musicale du Sahel… dans le temps et dans l’espace !

Ce savant mélange de rythmiques musicales traditionnelles et modernes  donne naissance au «Sahel Blues ». Ce projet est une initiative du Centre Culturel Kôrè , dans sa mission de développement  de l ‘ art dans la cité.

 

ORCHESTRE KÔRÈ

MALI

Orchestre Kôrè, Ségou Mali au Festival sur le Niger 2014

 

L' Orchestre Kôrè est une nouvelle formation musicale créée à Ségou en  Avril 2011, par  la fusion  de  plusieurs jeunes talents (instrumentistes)  avec  l'appui  du  Centre  Culturel Kôrè .   Le groupe  est  composé  de six musiciens et anime  des soirées et  des  fêtes.  L'orchestre Kôrè  joue sur  un mélange de  rythmes  traditionnels  et  modernes  à  travers un répertoire musical malien où  les sons  du  kamalén n’goni,  de la kora ,  de  la guitare ,  du balafon ,  du Djembé  et  du Guita   (calebasse)  s’unissent  pour  donner des  sonorités  surprenantes.  

 

PAWARI

MALI

Pawari - Programme Kõrè Qualité

Waati est le premier album  du  Groupe  de Jeunes  musiciens  Bwa (Pawari)  méconnu  du  grand public. Parcourant  les  sonorités  et  rythmiques  d’une  aire musicale  traditionnelle  Bwa,  Pawari révèle  la magie du temps. Waati incarne  le  changement.

TAKAMBA SUPER ONZE DE GAO

Takamba - MALI

Takamba Super Onze de Gao - Source http://andymorganwrites.com/

Merci à Andy Morgan pour cet article -  andymorganwrites.com

 

Super Onze de Gao was founded in the early 1980s by Haziz Toure, Asaalya Samake and Agita Moussa Maiga, who became the group’s first president.  All three were Songhai men from Gao.  In the venerable tradition of so many west African music ensembles, Super Onze was created in order to entertain at community celebrations, preserve traditions, propagate culture and create a kind of ‘club’ or community organization which could support the needs and nurture the talents of its members. In other words, it was more than just a ‘band’ in the European sense of the word. The founding members are still alive, but now it’s the next generation that fills the active roles in the group. That’s another advantage of their typically African orchestral structure. It doesn’t depend on any one individual or person for its survival, and can thus better cope with the passing of time.

Initially Super Onze de Gao played in their own homes, three or more times a month and especially on Fridays, the day of prayer and rest in the Muslim week. From the beginning they concentrated strictly on the takamba style, and were soon a popular feature of local weddings and festivities. In 1985 they gave their first ‘official’ non-festive concert, at an election gathering in Gao. The ex-military dictator of Mali, Moussa Traore, was returned to the presidency with an absurd 99.94% of the vote that year.

In 1986, Super Onze de Gao were invited to perform for the Songhai community at the French Cultural Centre in Niamey, the capital of neighbouring Niger, which is about a day’s journey from Gao by road. Throughout the ensuing years, the group gradually consolidated their position as the number one takamba outfit in eastern Mali. They participated three times in Mali’s famous Biennales – a government sponsored national competition to find the best music ensemble, best theatre group and best dance troupe in the nation – representing Gao in regional and national finals.

The Biennales were instigated by Moussa Traore in 1970 to instil cultural pride and community cohesion in the various regions of Mali, especially among the youth.  Traore also hoped to strengthen the patriotic glue that bound Mali’s huge variety of cultures and ethnic groups together.  Like many African leaders at the time, he was trying to build a nation from elements that hadn’t historically had very much in common. Moussa Traore has been branded a brutal dictator by history, justifiably so, but his Biennale system is one of the reasons that Mali is one of Africa’s musical powerhouses today.

Sometime during the 1990s, Issa Toure took over from his father Haziz as the main singer of Super Onze de Gao.  He is now their president.  He comes from a family of Songhai farmers, rooted in the rich alluvial mud of the Niger valley.  His son is also preparing to become a singer, and will hopefully take over the leading role in the group in due course.

Super Onze’s leading ngoni player is Yehia Mbala Samake, son of Asaalya Samake. Yehia comes from a caste of Songhai blacksmiths. The role of blacksmiths in Songhai and Touareg society is very complex and very important. They belong to an endogamous group, which means you can only be born a blacksmith, you cannot become one. Until recently they were responsible for making almost everything necessary for nomadic or sedentary existence: tents, swords, spears, camel saddles, leather bags and cushions, padlocks, cooking utensils and, most importantly, jewellery. They still make jewellery and many other artefacts. But the role of the blacksmith has never been confined to artisanal manual labour. They’re also storytellers and guardians of family histories and lineages. They’re often called upon to negotiate between two rival clans, and to arrange marriages. And it’s their duty to play music at feasts and festivities. As such, their role has many affinities with that of the Manding or Bamana griot.

Ahmed Ag Assalat, the second ngoni player, also comes from a family of blacksmiths, but in his case it’s a Touareg family. The other Touareg in the group are Aliou Saloum and Ousmane Yattara, who come from a family of wood sellers. The remaining two members of the group are dancer Fatoumata Sarre, daughter of a blacksmith and ‘Cola’ Toure, second calabash player and the son of a farmer.

In 2003, Super Onze de Gao were invited to the third edition of the now world famous Festival in the Desert, which takes place annually near the village of Essakane, by Lake Faguibine, 60 kilometres due west of Timbuktu. They were the unheralded hit of the Festival. Robert Plant became a fan overnight, as did his guitarist Justin Adams. Both harbour a life-long mission to seek out the distant African and North African ancestry of the American blues. When they heard Super Onze de Gao in the silky white dunes of Essakane, it was nothing short of a ‘Eureka’ moment. Ali Farka Toure asked Super Onze to warm up the crowd before his performance; a very wise choice.

Although Super Onze de Gao – who are also known by the alternative name Takamba Super Onze – became fêted regulars at the Festival in the Desert and were famous all over Mali, they failed to find a partner to help them launch an international career.  They did make one off trips to Washington DC for the Smithsonian institute’s lavish festival of Malian culture in 2004 and the Sfinks Festival in Belgium in 2008.  But it wasn’t until the arrival of the Dutch DJ and producer Horst Timmers, aka MPS Pilot that their dream of international recognition began to be realised.

Timmers saw Super Onze at the Festival in the Desert in 2003 and, along with so many others, was blown away. He returned to the Festival the following year, and found that the band’s impact even more powerful. In 2008 he travelled to meet Super Onze and put together a plan to launch their career outside Europe. He enrolled them into an ambitious project that melded takamba with electronica, or ‘la machine’, as the group members themselves refer to new computer-based music technology. The project is called Future Takamba and it toured around Holland and Belgium in October of that year.

Timmers also did a recording session with Super Onze de Gao ‘sans la machine’, in other words, pure and simple, live and direct, in August 2010 and the resulting CD, released by Two Speakers Records, is the best record of raw and rootsy takamba ever released. If Justin Adams is to be believed, you might just find it “devastating” and unlike anything you’ve ever heard.

SOURCE, Andy Morgan.  (c) 2011  -  www.andymorganwrites.com


 

Gaspi

Rap - MALI

gaspi.jpg

 

Mamadou Gassama alias GASPI est un rappeur malien âgé de 26 ans. C’est au lycée Askia Mohamed qu’il va tout naturellement s’intéresser au hip hop avec quelques camarades de classe. Mais le phénomène Gaspi verra le jour à son entrée a l’université en 2009, avec le succès retentissant de son premier single, «Pankaprouti». «La musique était un passe temps, elle est devenue ma passion», affirme l’artiste lors d’une interview avant la sortie d’un nouveau titre: «Je suis dableni».

 

Il est même devenu le seul rappeur à être régulièrement sur RFI dans l’émission Couleurs Tropicales. Dans son tout dernier titre «Tanganani», l’artiste exhorte la jeunesse à travailler : «il n’y a pas de sot métier», «Bara ma boh bara la».

 

 

OUMOU SANGARÉ

OUMOU-SANGARE.jpg

 

Oumou s’est plue à bâtir une longue et illustre carrière, voyageant à l’étranger et devenant la plus grande star africaine de sa génération.

On l’appelle en Afrique «l’oiseau chantant de Wassoulou».

Elle est l’ambassadrice du Mali pour la musique, un véritable accomplissement après seulement cinq extraordinaires albums en vingt ans de carrière.

Sa musique est vigoureuse, séduisante, géniale et vibrante, mais ce sont ses textes qui ouvrent les yeux. Oumou Sangaré est considérée comme une ambassadrice du Wassoulou, sa musique étant inspirée des musiques et danses traditionnelles de la région.

Elle écrit et compose ses chansons qui s’appuient sur une forte critique sociale, concernant notamment de la place de la femme et des humbles dans la société.

 

 

Amadou & MariamAmadou & Mariam - Festival sur le Niger 2015

 

Bambaras tous les deux, originaires de Sikasso, au sud du Mali, Amadou et Mariam se sont rencontrés en 1973 à l’Institut des Jeunes Aveugles de Bamako. Amadou Bagayoko était musicien professionnel depuis plusieurs années.

En 1974, il est engagé par le grand guitariste Guinéen Kanté Manfila au sein des Ambassadeurs, l’un des deux grands orchestres emblématiques de Bamako avec le Rail Band.

Amadou considère ces années comme très formatrices.

Il a pu étudier tous les ressorts des musiques de danse, surtout afro-cubaines, funky-afro-blues agréable et percutant.

Amadou et Mariam mélangent musique traditionnelle malienne, tablas indiens, guitares rock, harmonica, ney égyptien et harmonies vocales.

 

 

Bassekou Kouyaté

 

Bassekou Kouyaté

 

Du Mali et d’ailleurs, Bassékou Kouyaté ensorcelle toute la planète au son du n’goni, instrument de musique traditionnel malien chargé d’histoire.

Adulé par les plus grands noms du blues et du jazz, Taj Mahal en tête, l’artiste mêle avec une grâce et une virtuosité extraordinaire les sons nés au bord du fleuve Niger et ceux crées sous

d’autres cieux.

De Toumani Diabaté à Carlos Santana en passant par Ali Farka Touré et Bonnie Raitt, Bassekou Kouyaté a multiplié les experiences et les collaborations artistiques qui ont enrichi davantage sa musique.

En se frottant aux autres cultures, le Malien offre au n’goni une véritable cure de jouvence.

 

 

Fatoumata Diawara

 

Fatoumata Diawara - Festival sur le Niger 2015

 

Inflexible et indomptable, cette chanteuse du Mali n’a peur de rien.

Son rêve d’une nouvelle Afrique, elle l’exprime à la face du monde dans des rythmes folk et funk: paix au Mali, à bas les mariages forcés et l’excision! Soit dans des chansons tout en retenue, soit en bondissant sur scène avec une énergie débordante. Fatoumata Diawara veut entraîner et convaincre.

Elle croit dur comme fer à la culture et à sa force: «Là où les hommes politiques échouent, les artistes ont une chance.»

Arrivée en France à l’adolescence, Fatoumata Diawara fait du théâtre et chante des ballades africaines dans sa langue maternelle, le bamanankan.

Lorsque son pays est la cible de groupes islamistes, elle investit le champ politique.

En 2012, elle a ainsi rassemblé 40 musiciens maliens à Bamako pour hausser la voix contre le terrorisme.

Elle écrit «Mali-Ko», une hymne à la paix pour son pays natal.

En 2013, elle se produit au célèbre festival de Glastonbury.

Lors du gala annuel Clinton Global Initiative, elle chantait avec le groupe The Roots. Depuis, elle continue à se produire sur les grandes scènes à travers le monde.

 

 

Sia Tolno

 

Sia-Tolno.jpg

 

Sia Tolno est une chanteuse qui vient de Kissi, une region située au sud de la Guinée, habitée par le groupe ethnique du même nom. Son père s’est installé en Sierra Leone alors

qu’elle était très jeune.

Les difficultés qu’a traversées ce pays sont encore gravées dans la mémoire de Sia. Elle parle souvent de la guerre. Et elle chante pour exorciser ses démons.

Son premier album est sorti en 2002 et a remporté un Djembé d’Or. Au cours d’une émission télévisée à Libreville, elle a impressionné Pierre Akendengue, le célèbre chanteur

africain, qui s’est empressé de conseiller à son producteur, José Da Silva, de l’enregistrer. C’est le début d’une carrière internationale ...

 

 

Ali Farka Touré Band

Ali Farka Touré Band est en effet, l’orchestre de feu Ali Farka Touré (1939-2006) composé de musiciens qui ont fait plusieurs fois le tour du monde et partagé plusieurs scènes avec l’enfant de Niafunké.

Sous la baguette magique de Barou Diallo (chef d’orchestre) et la complicité de la fondation Ali Farka Touré, le groupe va vous faire revisiter le riche répertoire du triple Grammy Award sur le fleuve à Ségou.

  

 

MALIKANW 

Le groupe MALIKANW (Les voix du Mali) est une création d’Essakane Production (Festival au Désert de Tombouctou) qui offre un voyage unique à travers la diversité musicale malienne dans toute sa grandeur.

Représentatif de tous les grands ensembles culturels du Mali du Nord au Sud, le groupe réunit des musiciens tels que: le roi malien du Sokou (violon) Zoumana Tereta de Segou, Ahmed Ag Kaedi de Kidal, désigné «meilleur guitariste du Mali» lors de la biennale artistique et culturelle de Sikasso en 2010, la très énergique Sadio Sidibé avec sa voix qui vous conduira droit aux pures sources musicales du Wassoulou (Sikasso), mais aussi le talentueux et grand heritier de Farka, Samba Touré de Diré (Tombouctou) ainsi que d’autres talents Petit Goro du Pays Dogon (Mopti) et la nouvelle voix d’or du Mandingue: Cheick Sissoko de Kayes...

Le MALIKANW (Les voix du Mali) est un groupe qui offre un voyage unique à travers la diversité musicale malienne dans toute sa grandeur.

 

 

Ahmed Fofana

Ahmed Fofana - Festival sur le Niger 2015, Ségou, MALI

 

Mamadou, dit Ahmed, est né en Côte d’Ivoire de parents maliens. Il est issu d’une famille de griots (poètes musiciens).

Dans les années 60, son père accompagna plusieurs «mandingues» qui cherchaient du travail en Côte d’Ivoire. Ils avaient besoin du compagnon spirituel et du pacificateur qu’est le griot. Mamadou a suivi son père dans les différentes villes de la Côte d’Ivoire, où il a participé tant à l’organisation de mariages et de baptêmes, qu’à la resolution de conflits divers (d’héritage, de droits sur les terres).

Mamadou a grandi dans la musique, parmi la flûte, le balafon, la kora et les percussions. Il a fait de la musique son langage, à travers lequel il se fait dépositaire de la vérité et de ses origines à travers le monde. Il s’est installé à Abidjan, mégapole de 3 millions d’habitants venus de toute l’Afrique de l’Ouest, apportant avec eux les influences les plus modernes. Il a choisi de vivre de la musique et du spectacle et à ce jour, il n’a cessé de travailler; metteur en scène, arrangeur, musicien multi-instrumentiste, il a toujours su démontrer son remarquable talent avec passion et sérieux.

 

 

Safi Diabaté

safi_diabate.jpg

 

Originaire de Kita,une des villes à présent reconnue pour être le berceau de grands artistes, Safi Diabaté est une artiste au timbre de la voix remarquable.

Mariée au grand joueur de Kora Madou Sidiki Diabaté, jeune frère de Toumani Diabaté, très ambitieuse, elle a participé à plusieurs festivals en dehors du Mali.

En 2011, elle reçoit le Trophée Tamani d’or de la meilleure artiste féminine de l’année. De sa voix douce, elle anime plusieurs sumu.

Sa douce voix est accompagnée de l’instrument de son mari, dans la majorité de ses chansons, elle joue sur la rythmique moderne et traditionnelle avec des instruments traditionnels (kora, djembé, n’goni, balafon) ce qui ouvre la porte à un autre public.

Elle a participé à plusieurs festivals en dehors du Mali aux côtés de son mari, le virtuose de la kora Mamadou Sidiki Diabaté.

 

JeConte & Boubacar Sidibé

(MALI / USA)

JeConte & Boubacar Sidibé - Festival sur le Niger 2015 - Ségou, MALI

 

JeConte & Boubacar Sidibé from the World Touring band JeConte & The Mali Allstars, will perform at The Segou Festival on Saturday February 7th.  They will be playing songs from the newly released Boubacar Sidibé record Laido. Laido was recorded as apart of the Mali Blues sessions in 2012 and is a seductive selection of beautiful songs all featuring the hypnotic songwriting of Boubacar Sidibé (Formerly of Habib Koite’s Bamada).