4 - 5 - 6 - 7 - 8 Fév 2015
Ségou - Mali

Les Componentes du Festival sur le Niger

Chaque année le Festival sur le Niger organise différentes activités et expositions d’arts visuels. Des rencontres, des workshops et des Expos, autour d’un thème spécifique. Pour la 11ème édition, le thème choisi est le «Maaya-Juru», avec une dizaine d’expositions nationales et internationales.

 

En Afrique de l’ouest et particulièrement chez les manding, il existe une sorte de relation humaine appelé «Maaya». Cette relation humaine tissée et entretenue entre les hommes au sein de la société est appelée «Maaya-Juru» ou les «liens sociaux pour l’harmonie de vivre ensemble dans la communauté».

 

D’une manière générale, les différents «Maaya-Juru» favorisent: 

 

  • La cohésion
  • L’ entente
  • Le partage
  • L’ entraide
  • Le progrès


Au-delà de la vision des œuvres exposées, il y a la réflexion dans laquelle,  ils nous entrainent, vers la perception sensuelle.



Soly Cisse

Soly Cissé, Sénégal - Arts Visuels Festival sur le Niger 2015

Photo de  Jean Michel Fickinger 

La griffe Soly Cissé, c’est souvent l’évidence d’au moins trois partis pris esthétiques: le morcellement des surfaces, le foisonnement des couleurs et des formes, le parti pris pour le dessin y compris dans ses travaux de peinture avancée.

Soly Cissé casse l’unité de la toile. Plus jamais, elle ne sera une surface plane où une parole unique va dérouler sa vérité.

Au contraire, comme les groupes de copains disséminés dans le quartier, les carrés, les rectangles, les cercles dans ces toiles émettent un bruissement et un bourdonnement continu.

Et ça copule, ça se bat, ça sort son chien, ça surfe sur la vague de l’Atlantique. Les couleurs sont chaudes. Elles coagulent en rouge-sang, surfe en bleu marine, retombent en ocre. Le dessin hachure les formes, les dépèce, sort les ombres, libère les lumières, retourne les personnages, perce l’intérieur des voitures, retrouve la pose de l’enfant comme pour dire: peins ce que tu penses, mais pas seulement ce que tu vois.

Au total, se révèle un dessinateur fou qui fait penser à ces dribleurs fous des stades de football. Mais sa peinture n’est pas folle. Elle est expressionniste et allégorique.

Soly Cissé vit et travaille au Sénégal. Habitué des biennales et des foires d’art contemporain, il est l’un des artistes sénégalais les plus exposés en Afrique et dans le monde.

 

Arts Visuels - Festival sur le Niger 2015 - Soly Cissé

Amahiguéré Dolo

ARTISTE SCULPTEUR (Mali)

Amahiguire_Dolo.jpg

Photo de  Jean Michel Fickinger 

Enfant, Amahiguéré Dolo découvre la sculpture en observant le travail d’un forgeron. La magie de la transformation du fer le pousse à sculpter en secret. Mis à jour par son père, il doit cesser toute intervention sur le bois, privilège sacré chez les Dogons et réservé aux seuls forgerons.

Par respect pour son peuple, Dolo choisit de s’implanter sur une autre terre afin de se consacrer pleinement à son art.

La sculpture de Dolo naît des accidents de la nature. Il ramasse pêle-mêle des matériaux organiques (souches déracinées, bois séché...) dont les formes expressives suscitent son imaginaire.

En sculptant le bois, il révèle la part d’invisible que portent ces objets inertes.

Mi-humaines, mi-animales, ces figures intriguent, fascinent par leur présence. Profondément issue de la pensée animiste particulière aux Dogons, la statuaire de Dolo est le prolongement de la manifestation des esprits dans la nature.

En lecteur attentif et initié, Dolo opère par une intervention a minima, la transfiguration de l’objet habité pour en donner une proposition contemporaine. A ce titre, il est certainement l’un des artistes les plus innovants. Fidèle au devoir non pas de représenter mais d’incarner l’être animal et /ou humain, il prolonge la tradition cultuelle Dogon tout en amenant une proposition moderne à l’orée du xxI ème siècle.

dolo-sculpture.jpg

 

Ludovic Fadaïro

(Bénin)

Ludovic Fadaïro (Bénin) - Festival sur le Niger 2015 - Arts Visuels

Ludovic Fadaïro se destinait à la musique. Aujourd’hui, il compte parmi les peintres majeurs du continent africain.

De la musique à la peinture, il n’y a que l’instrument qui change et, de toute évidence, Fadaïro a trouvé où il excelle.

Il convient d’aborder l’oeuvre picturale de Fadaïro comme on tente aujourd’hui d’approcher l’objet sculpté africain.

Ismaël Diabaté

(Mali)

Ismaele Diabaté - Arts Visuels - Festival sur le Niger 2015

Artiste plasticien depuis plus de 40 ans, Ismaël Diabaté fait partie des précurseurs de l’art contemporain au Mali. Amoureux du dessin depuis l’enfance, Diabaté optera pour l’Institut National des Arts (INA) où il étudiera les arts plastiques pendant trois ans.

Après sa formation, il enseigne au lycée. Ses sources d’inspiration sont liées au quotidien, à la vie, aux ustensiles, à la culture. Il précise «cela ne veut pas dire que je ne m’intéresse pas à ce qui se fait ailleurs, c’est juste que je refuse de faire de l’art conceptuel». Diabaté vivra pleinement de son art qu’au début des années 90.

Il est désormais connu sur le plan international et expose beaucoup plus en Europe. Diabaté exprime la culture malienne à l’échelle internationale.

L’artiste travaille sur deux plans avec l’union d’un art propre à sa culture tout en allant chercher les formes modernes.

Ses oeuvres sont comme des guides de vie qui nous rappellent les valeurs fondamentales des sociétés traditionnelles tout en les adaptant à nos réalités contemporaines.

Son travail est en adéquation avec cette phrase qui lui tient à coeur : «Si l’Afrique doit participer à l’art contemporain mondial, il lui faut apporter quelque chose de différent».

Ismael Diabaté - Arts Visuels - Festival sur le Niger 2015

Expo Le Bogolan Contemporain

Centre N’Domo & Centre Culturel Kôrè

Thème ‘‘Maaya - Juru’’

Expo Le Bogolan Contemporain Centre N’Domo & Centre Culturel Kôrè

Au-delà de la vision des oeuvres exposées, il y a la réflexion dans laquelle, elles nous entrainent, vers la perception de la richesse esthétique de l’art africain.

L’exposition nous étale des oeuvres qui nous rapportent les expressions sur les notions de pré-requis de nos valeurs sociétales.

Elles vont exprimer le ‘‘Maaya-Juru’’.

En Afrique de l’ouest et particulièrement chez les Manding, il existe une sorte de relation humaine appelée “Maaya’’. Cette relation humaine tissée et entretenue entre les hommes au sein de la société est appelée “Maaya-Juru“ ou les «liens sociaux pour l’harmonie de vivre ensemble dans la communauté». D’une manière générale, les différents ‘‘Maaya-Juru’’ favorisent: la cohésion, l’entente, le partage, l’entraide, le progrès.

Boubacar Doumbia
Promoteur Centre N’Domo

Expo (FAIVA )

Le Festival Africain d’Images Virtuelles Artistiques

Centre Soleil d’Afrique

Le Festival Africain d’Images Virtuelles Artistiques Centre Soleil d’Afrique

Le Festival Africain D’images Virtuelles Artistiques est organisé par le Centre Soleil d’Afrique de Bamako en partenariat avec la Fondation Festival sur le Niger. Ce Festival est annuel et a fait le tour des grandes villes telles que Bamako, Sikasso, Ségou et Mopti, pour promouvoir les images Virtuelles et Artistiques.

Thème: De quoi rêves les africaines? «Plonge ton regard en moi, tu me ressembles et je te ressemble…»!

La scène est quotidienne et répétitive, voire familière: des paysages hostiles où les guerres sévissent à tout bouts de champs. Un tableau sombre peints par le sang des morts et criblés par les tirs et les bombes. Chaque jour, les médias tambourinent les mêmes réalités apprivoisées par nos oreilles: 931 blessés à Gaza, 36 morts en Syrie, 43 martyres morts en Egypte, 25 mort en Tunisie, 33 en Ukraine, 76 en Algérie, 254 au Mali…

Toutes ces vies volées, ces sourires figés depuis l’aube de l’humanité sont sacrifiés pour un bout de terre qu’on veut s’approprier en oubliant que nous lui appartenons.

On s’entretue au lieu de s’aimer au nom de la religion, de la possession de la terre et de ses ressources. La machine meurtrière du pouvoir est dépourvue de toute humanité, pourtant tous les peuples se ressemblent et tu me ressembles et je te ressemble.

Ma patrie est tourmentée et entrainée à petit feu vers un suicide par un jeu d’intérêts ignobles. L’idiotie de sa culture ancestrale et sauvage banalise le conflit à outrance et agit au nom d’une soi-disant justice, mais quelle justice?

Hama Goro
Directeur Centre Soleil d’Afrique

expo du workshop artwatch Africa ARTERIAL NETWORK

Thème: La liberté d’expression créative Haut de page

expo du workshop artwatch Africa ARTERIAL NETWORK Thème: «La liberté d’expression créative et artistique».

Cette exposition est organisée par Artwatch Africa un projet d’ Arterial Network en partenariat avec le Réseau KYA, la Fondation du Festival sur le Niger et le Centre Anw-Ko’Art. L’objectif est de promouvoir et défendre la liberté d’expression créative et artistique en Afrique. L’artiste joue un très grand rôle de conseiller, de médiateur, intermédiaire dans la société.

Mais malheureusement cette pratique est peu connue et incompris dans beaucoup de nos pays en Afrique.

Donc cet atelier de peinture vient à point nommé pour encourager l’artiste à libérer son génie de créativité afin de générer une nouvelle donne pour l’émergence de nos sociétés.

Cinq (5) artistes plasticiens ont participé à l’atelier:

  • Awa Keita,
  • Férimata Diakité, 
  • Daouda Traoré, 
  • Modibo Doumbia et 
  • MamadouLamine Barry.


Souleymane Ouologuem
Coordinateur national Artwatch Afrique



Expo de «Fototôn» Association des Photojournalistes Artistes au Mali (APA M)

Thème: «Ségou en regard»

Expo de «Fototôn» Association des Photojournalistes Artistes au Mali (APA M)

Le sable du Niger

La crise économique actuelle des trois régions (Ségou, Koulikoro et Bamako) a augmenté le nombre d’exploitants de sable. Ils s’adonnent massivement à ce métier pour gagner leur vie.

Ce travail très pénible occupe tout le secteur, chacun occupant une partie de la chaîne de l’extraction à la vente.

Les femmes sont en première ligne. Certaines s’occupent même de négocier avec les clients pendant que d’autres font la cuisine dans les gargotes.

Expo du musée Kôrè Centre Culturel Kôrè de Ségou

«Les marionnettes de Ségou»

Expo du musée kôrè Centre Culturel Kôrè de Ségou «Les marionnettes de Ségou»

Le Centre Culturel Kôrè présente sa sixième exposition muséale sur les marionnettes de Ségou ‘‘ Sogow ani Maniw’’ pour magnifier la force et l’expression entre le visible et l’invisible, entre le profane et la connaissance apodictique des sociétés traditionnelles.

Cette exposition étale l’intervention du langage des marionnettes dans nos communautés. En fait, la danse et le langage des marionnettes sont élucidés à travers le’‘théâtre sacré de la vie’’ avec une scène où des acteurs venus de l’au-delà miment les actes de la vie des hommes. Des gibiers qui côtoient les chasseurs.

L’art ancien de ces marionnettes à l’abord naturellement doux, tranquille et fascinant à la fois. Aucun homme, le plus fruste, le plus barbare ou le plus profane ne peut rester indifférent à sa mystérieuse beauté. Il émerveille, et séduit immédiatement. Il semble à la source même des origines de l’humanité. Il n’a pas d’âge. Il se moque des modes. Il a traversé sans encombre des siècles d’histoire des civilisations avec toute la vigueur de la bouillonnante culture Africaine.

Dans de nombreuses sociétés traditionnelles africaines, le jeu des marionnettes est réservé à certains âges de la vie : pour les Bozo et les Bamananw, il est spécifique des associations de jeunesse, appelées ton, qui regroupent les jeunes hommes d’une même tranche d’âge à la puberté. À l’écart du village, les jeunes apprennent auprès de leurs aînés à identifier et manipuler chaque marionnette, son histoire, sa valeur symbolique, les chants et rythmes qui lui sont associés.

Les femmes ne manipulent pas les marionnettes mais elles prennent une part active lors de la représentation par la pratique des chants.

Les ‘‘ton’’ véhiculent les fondements culturels de la communauté ainsi que ses règles de vie, au rang desquelles la solidaritétient une place importante.

Les Jeunes artistes Peintres Sélectionnés pour le programme Kôrè - Qualité 1 (2013-2015)

CONCEPT

Le Centre Culturel Kôrè à travers son Institut Kôrè des Arts et Métiers (IKAM) a initié un programme qualitatif, avec des projets de structuration des arts et de la culture au Mali sur trois ans, dénommé «Programme Kôrè-Qualité 2013-2015». Ce programme vise à instituer une politique de développement qualitatif de l’art afin d’intensifier de façon qualitative les activités de renforcement de capacités des jeunes artistes et acteurs culturels, tout en créant des conditions optimales afin qu’ils produisent des oeuvres de qualité, mais aussi les aider à mieux diffuser leurs oeuvres. A l’occasion de ce premier programme Kôrè-Qualité, les jeunes artistes sélectionnés ont bénéficié du coaching et des conseils de critiques d’art et de personnes ressources tels que : Pr. Yacouba Konaté (RCI), Ky Siriki (Burkina Faso), Abdoulaye Konaté (Mali), Bisi Silva (Nigéria), Kofi Setordji (Ghana), Amahiguéré Dolo (Mali), Dany

Leriche (France), Diagne Chanel (France / Sénégal), Hama Goro (Mali), etc. La dernière session de résidence de création en arts visuels se tiendra du 03 au 05 Février 2015 Ségou. Les artistes sélectionnés pour ce programme sont:

Souleymane Ouologuem

Mamadou Amadou Keita

Mohamed Lamine Touré dit Bako

Elie Théra

Souleymane Guindo

Issa Koné



Souleymane Ouologuem

Souleymane Ouologuem ARTISTE PEINTRE Thème: Ginna - Programme Kôrè Qualité

Souleymane Ouologuem Souleymane est diplômé de l’Institut National des Arts de Bamako (I.N.A) et du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia (CAMM). Ouologuem axe son travail sur ses origines dogon, les rites, les traditions, la cosmogonie, l’architecture...

Il peint le monde Dogon qui, pour lui, est une façon de témoigner de sa présence. Il utilise une technique mixte, peinture, pigment, pastel, colorant, fusain, collage.

Ouologuem a travaillé sur le thème de la ‘‘Ginna’’, un symbole fort dans la société Dogon, un repère, une source d’inspiration.

La ‘‘Ginna,’’ grande maison familiale, où tout le monde se retrouve autour de l’essentiel. Elle symbolise le rassemblement, les retrouvailles, l’entraide, la compréhension mutuelle, la solidarité, le travail, le don de soi pour garder intact les liens fraternels… Et si on faisait du Mali notre grande ‘‘Ginna’’ commune? Et si l’on s’inspirait des richesses de notre culture pour poser les jalons de ce nouveau Mali dont nous rêvons tous?…

Ouologuem a fait un retour aux sources, ces sources là mêmes qui ont nourri son inspiration pendant de longues années…

Son voyage dans le temps, l’a mené sans doute aux tréfonds de la culture Dogon…

 

Haut de page

Mamadou A. Keïta

Mamadou A. Keïta ARTISTE PEINTRE Thème: Amour - Festival sur le Niger 2014 

Mamadou Amadou Keita est peintre graphiste et sculpteur formé à l’Institut National des Arts (INA). Il dessine et décore tout autant qu’il peint et réalise des bogolans.

Ses oeuvres sont l’expression d’une recherche approfondie sur les tons ou la teinte claire et atténue considérablement la dureté des autres pigments utilisés.

Le sacré occupe une place importante dans ses oeuvres à travers les signes de la cosmogonie Bambara.

Il a participé à plusieurs workshops et expositions collectives au Mali, Ghana, Nigéria (PACA), France, Mexique, Allemagne et Pays Bas. Il travaille au Centre Soleil d’Afrique à Bamako.

Technique: peinture et collage

Ses recherches sont surtout orientées sur le hasard dirigé, c’est-à-dire une recherche sur les matières même sur le sol.

S’il désire avoir les empreintes rares qui s’y trouvent pour les appliquer sur ses toiles, souvent il provoque le hasard sur ses toiles (hasard provoqué).

Tout cela pour une recherche de matière et de teinte qu’on ne saurait trouver si on tenait simplement une brosse face à un fond blanc.

L’inspiration vient facilement en faisant ces recherches et agencements de teintes rares et partant de cela l’artiste peut

imposer son thème de façon idéale par son savoir faire dont lui seul en est capable.

 

Haut de page

Mohamed L. B.Touré, Bako

bako.jpg

 

Thème : Dialogue et Diversité Culturelle

 

Un roi couleur? Mohamed Lamine B. Touré alias Bako est originaire de Ségou. Diplômé de l’Institut National des Arts et du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasseké Kouyaté (CAMM-BFK), Bako se souvient des tâches de coloriage de l’enfance. Ainsi, il ouvre les yeux sur le monde réel et sa splendeur colorée qui l’entoure.

 

Enfin, il représente dans son oeuvre le goût du monde où s’écoule sa vie présente en mille formes colorées, en une floraison de taches architecturées, en des êtres à peine esquissés en d’innombrables équilibres fantaisistes.

 

Bako avec une technique qui s’assimile au pop art, travaille sur le thème: «Dialogue et Diversité Culturelle». Le dialogue et la diversité culturelle, facteurs de cohésion sociale, de pardon, de réconciliation, d’unité et à la paix durable.

 

Un dialogue franc, sincère et susceptible de poser de manière efficace les jalons d’un nouvel envol…un envol plein d’espoir, qui intègre avec intelligence la diversité des origines, des langues et des cultures.

 

Un thème d’actualité, aussi exaltant que passionnant auquel l’artiste va donner un contenu purement artistique. Bako a plusieurs cordes à son arc et, il le démontrera encore une fois à travers cette résidence qui lui offre toute la latitude de s’exprimer…d’être dans son rôle d’artiste…

Visitez le site de Bako sur la page du Projet Kôrè Qualité

 

Haut de page

Elie Théra

Elie Théra ARTISTE PEINTRE Thème: La Renaissance Africaine

Thème: La Renaissance Africaine

Elie Théra est diplômé de l’Institut National des Arts de Bamako (I.N.A) et du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia (CAMM). Lauréat du deuxième prix du «Concours Talents de la Cité», organisé par l’association SMARTS - Ségou, Elie ne cesse de progresser. Il a effectué plusieurs expositions à Ségou et à Bamako.

Technique: mixte peinture cassée sur toile

Je tiens à exprimer ce qui est possible, ce qui est concret et palpable (la renaissance africaine).

Cette renaissance que je porte déjà au bout de mes doigts est le fruit de mes multiples réflexions et échanges durant la résidence à Ségou.

«J’ai surtout dirigé ma pensée optimiste et critique sur la volonté individuelle de l’Homme à vouloir changer les choses, ainsi dans mes travaux je mets l’Homme en tant qu’individu au centre de mes questionnements».

Sa capacité à pouvoir créer son propre univers, un univers propice et fondé sur ses valeurs culturelles et morales; un univers qui lui permet de grandir dans les racines profondes mais avec le regard plongé vers l’avenir.

 

Haut de page

Amadou Sanogo

Amadou Sanogo ARTISTE PEINTRE Thème: Renaissance Africaine

Thème: Renaissance Africaine

Né en 1977 à Ségou, Amadou Sanogo est un jeune plasticien malien diplômé de l’institut National des Arts de Bamako en 2003. Après de nombreuses expositions et résidences à Bamako (Palais de la Culture, CCF (actuel Institut Français), Musée de Bamako…) alors qu’il est encore étudiant, il franchit plusieurs fois les frontières maliennes notamment pour exposer en France où il reçoit un franc succès (espace Gambetta- Paris, Galerie Artitude-Paris, Bordeaux).

En 2012, certaines de ses oeuvres sont présentées en Angleterre dans le cadre d’une exposition collective d’artistes d’Afrique de l’Ouest organisée à la Manchester Art Gallery.

Plusieurs toiles d’Amadou Sanogo sont exposées à la Foire de Paris par le spécialiste français de l’art moderne Africain, André Magnin. Amadou Sanogo continue ses recherches et travaille toujours à Bamako, dans son atelier de Dar Salam.

La renaissance est une nouvelle orientation qui n’est possible que si l’on accepte de se remettre en cause. Car c’est une prise de conscience individuelle qui devient collective.

 

Haut de page

Souleymane Guindo

Souleymane-Guindo.jpg

 

Thème: Dialogue et Diversité Culturelle

 

Souleymane Guindo est diplômé de la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques FSJP de l’Université de Bamako et du Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia (CAMM).

 

Guindo ne cesse de progresser, il a participé à plusieurs expositions à Bamako.

 

Le thème: «Dialogue et Diversité Culturelle» est très souvent employé pour une solution pacifique et la valorisation de toute culture, suite à une situation fâcheuse entre des groupes de personne ou d’ethnies qui ont des cultures différentes.

 

Certes, depuis un moment le Mali est dans une situation très critique et qui est aujourd’hui la préoccupation de l’ensemble des Maliens.

 

Pour exprimer ma vocation sous l’angle de ce thème en peinture de façon abstraite, je me suis inspiré des activités quotidiennes, collectives et individuelles, avec des codes faciles à déchiffrer du monde dogon, un milieu qui a façonné mon enfance..

 

Cette inspiration implique des notions telles que: se parler, se comprendre, se pardonner, la reconnaissance mutuelle, s’accepter malgré les différences, se retrouver au tour d’un bien commun, la paix, la cohésion sociale, la reconnaissance et l’unité nationale.

Visitez le site de Souleymane Guindo 
sur la page du Projet Kôrè Qualité

 

Haut de page

Issa KONÉ

Issa KONÉ ARTISTE PEINTRE Thème: Amour

Thème: Amour

Issa Koné est un artiste peintre qui fut ses premières expériences à l’Atelier de teinture N’Domo comme apprenti stagiaire pour une durée deux (02) ans, de 1992 à 1994.

Au terme de ses différents stages, Issa Koné a travaillé comme chef d’équipe de teinture de 1995 à 2010.

Après ces années d’acquisition d’expérience, Issa Koné a ouvert son atelier Dokebulon et travail à son propre compte.

Issa a explosé sa créativité et aiguisé sa technique qu’il a étalées sur le bois, sa matière de prédilection. Issa a travaillé sur l’amour, sous tous ses aspects.

L’amour comme facteur de paix, de quiétude, de tolérance, de compréhension mutuelle… L’amour comme facteur d’union, de pardon, de réconciliation. L’amour pour sa patrie… l’amour comme régulateur du dialogue interculturel et des relations sociales pour épouser un peu le contexte actuel dans notre pays… L’amour est un thème passionnant. Issa en a fait un objet central de sa création afin de susciter l’émotion du beau, l’expression du symbole plein d’espoir et de la vie en cette période de trouble.

 

Haut de page